une bonne nouvelle !!

Publié le par jesssoph

Un amendement à la loi visant à interdire les expérimentations sur les grands singes est à l'étude en Autriche.

De telles expérimentations ne sont ni requises ni approuvées en Autriche, mais la ministre de l'Education, des Sciences et de la Culture Elisabeth Gehrer estime néanmoins qu'une modification de la législation est souhaitable, car cela enverrait un signal fort relativement à la protection des animaux en Autriche et placerait le pays en position d'avant-garde dans ce domaine.

L'amendement s'appliquerait à la recherche sur les chimpanzés, les bonobos, les orangs-outans et les gorilles.

"Les grands singes sont les animaux les plus proches des êtres humains. Je tiens personnellement beaucoup à ce que l'interdiction soit explicite. Une telle mesure garantirait qu'à l'avenir aucune expérimentation animale ne sera plus réalisée", a déclaré Mme Gehrer.

Selon la déclaration autrichienne, seuls la Suède et les Pays-Bas ont à ce jour introduit, ou envisagent d'introduire des règlements empêchant les expérimentations sur les grands singes.

La Coalition européenne pour mettre fin à l'expérimentation animale (ECEAE, pour European Coalition to End Animal Experiments) estime qu'environ 10.000 primates (ce qui inclut les singes anthropoïdes et les autres singes) par an sont utilisés à des fins de recherche scientifique dans l'UE. En 1999, le pays qui utilisait le plus de primates était le Royaume-Uni, avec 3.191 bêtes, suivi de la France (2.322) et de l'Allemagne (2.084).

Les primates sont utilisés principalement comme modèles pour les maladies humaines. Les principaux domaines de recherche dans lesquels ils sont impliqués sont la neuro-physiologie, la biologie reproductive, les maladies contagieuses (y compris le sida, l'hépatite A et C et le paludisme), les maladies auto-immunes, les maladies immunes et neurologiques, et le développement et les essais de nouveaux médicaments et vaccins.

Au Royaume-Uni, un consortium de quatre conseils et organisations de recherche a constitué un groupe de travail afin d'examiner la base scientifique récente, actuelle et future de la recherche biologique et médicale impliquant des primates non humains.

L'enquête, dirigée par Sir David Weatherall, expert en génétique de l'université d'Oxford, comprendra l'évaluation scientifique rigoureuse de la question de savoir s'il existe des alternatives à l'utilisation de primates non humains dans la recherche. Rendue nécessaire par les nombreux développements survenus dans les sciences biomédicales au cours de la dernière décennie, y compris la cartographie du génome humain, I'étude est la première de ce type à être réalisée.

Cette étude a été accueillie favorablement par les groupes anti-vivisection, mais les représentants de la BUAV (pour British Union Against Vivisection, ou Union britannique contre la vivisection) se disent préoccupés par le fait que les groupes impliqués pourraient ne pas être impartiaux. "Bien qu'il soit évident aujourd'hui qu'utiliser des animaux est inefficace, inadapté et dépassé, nous craignons que les organisations concernées, qui ont investi un temps et des efforts considérables dans l'utilisation des animaux, soient réticentes à l'égard d'un changement en faveur de méthodes alternatives non animales", déclare la BUAV

Commenter cet article

honorius 17/06/2005 23:46

merci de lutter pour les petites bêtes... et les grosses

Aurélie, la maman d un Enfant EXTRAORDINAIRE 17/06/2005 22:28

Bravo ! Il faut vraiment que tout cela s'arrête un jour ! Images difficiles à regarder, mais nous ne devons pas fuire devant la réalité .... et les regarder pour prendre conscience de la cruauté de l'homme envers l'animal !

Continues, il faut des gens comme toi pour avancer ! Merci de nous ouvrir les yeux !

Amicalement

Bizoux !

Aurélie

Michaël 17/06/2005 19:10

Je trouve horribles les expérimentations sur les animaux...

jo 17/06/2005 12:31

site très bien fait. Bravo.
Pour les singes: bien-sûr. Mais pourquoi toujours ne défendre que ce qui nous ressemble?
Jo